Laboratoiree d'archéologie du Québec
< RETOUR À LA RECHERCHE
Bouteille à boisson alcoolisée. Vue généraleImage
Photo : Alain Vandal 2016, Creative Commons 4.0 (by-nc-nd) Pointe-à-Callière, Cité d'archéologie et d'histoire de Montréal
Bouteille à boisson alcoolisée. Vue généraleImage
Photo : Marc-André Grenier 1998, © Ministère de la Culture et des Communications
Bouteille à boisson alcoolisée. Détail de l'inscriptionImage
Photo : Joanie April-Gauthier 2014, © Ministère de la Culture et des Communications

LOCALISATION

PROVENANCE ARCHÉOLOGIQUE+

Région administrative

Capitale-Nationale

MRC

Québec

Municipalité

Québec

Fonction du site

domestique

SYNTHÈSES ET RÉFÉRENCES+

Synthèse historique

Le sceau de cette bouteille est identifié au marchand George Allsopp qui a habité Place-Royale entre 1766 et 1805. Elle provient d'un contexte archéologique datant de la première moitié du XIXe siècle, ce qui suggère de nombreuses réutilisations dont elle a été l'objet entre le moment de sa fabrication et sa mise au rebut. Entre 1760 et 1820, les vins d'Espagne, du Portugal, d'Italie et, bien sûr, les vins de France sont les plus populaires à Place-Royale ; on y trouve aussi plusieurs sortes d'eaux-de-vie : gin, whisky, rhum, ratafia, cognac. . .

Élément(s) associé(s)

RÉFÉRENCES

BERVIN, George, Céline CLOUTIER et Yves LAFRAMBOISE. La fonction commerciale à Place-Royale 1760-1820. Patrimoine, série Dossiers, 73. Québec, Publications du Québec, 1991. s.p.
JONES, Olive R. et E. Ann SMITH. La verrerie utilisée par l'armée britannique de 1755 à 1820. Études en archéologie, architecture et histoire. Ottawa, Direction des lieux et des parcs historiques nationaux, Parcs Canada, 1985. 143 p.
JONES, Olive R. Les bouteilles à vin et à bière cylindriques anglaises, 1735-1850. Études en archéologie, architecture et histoire. Ottawa, Lieux et parcs historiques nationaux, Environnement Canada, Parcs, 1986. 184 p.
LAPOINTE, Camille. Trésors et secrets de Place-Royale : aperçu de la collection archéologique. Sainte-Foy, Québec, Publications du Québec, 1998. 217 p.