Emballage d'artefacts
EN COULISSE > Pratiques et astuces > Comment donner les premiers soins aux artéfacts

Comment donner les premiers soins aux artéfacts

Au moment de sa mise au jour, l'artéfact subit un véritable choc! En quelques instants, le voilà arraché au sol ou à l'eau où il reposait depuis des siècles ou parfois des millénaires, et exposé à des conditions de lumière, de température et d'humidité bien différentes. Comment lui éviter alors des conséquences qui pourraient être désastreuses? Avant tout, en suivant les conseils que prodigue la conservatrice-restauratrice Kateri Morin dans la vidéo Des règles toutes simples. Ainsi, l'objet est sec? Gardez-le au sec. Il est humide ? Maintenez son humidité.

Par ailleurs, certains objets très fragiles ont besoin d’une intervention urgente par un restaurateur, intervention qu’il vaut mieux lancer sitôt l'objet mis au jour, voire planifier dès la préparation du chantier. Un manche de canif en os ou une chaussure de cuir, par exemple, doivent être stabilisés rapidement. En cas de doute, contactez sans attendre les spécialistes de l’atelier d’archéologie du Centre de conservation du Québec (ccq.gouv.qc.ca). Ils pourront aussi vous conseiller quant à la façon d’exhumer une pièce fragile.

L’ ABC de la préparation des artéfacts

Les objets catalogués à restaurer doivent être acheminés dans un lieu de conservation – en veillant à maintenir en tout temps et le plus possible les conditions du milieu où ils ont été prélevés. Attention : il suffit de quelques années pour que des artéfacts en fer séchés et non stabilisés par un traitement de restauration se décomposent.

Les objets catalogués qui ne nécessitent pas de restauration doivent être complètement secs au moment de leur emballage, à l’exception des pièces se composant de matière organique, de cuir ou de fer, qui devront sécher lentement. Ce lent séchage peut se faire par étapes et s'achever dans le lieu de conservation après le dépôt de la collection.

Les objets non catalogués (vrac) doivent être séchés avant leur emballage. Cette règle s’applique également aux matériaux organiques afin d’éviter tout risque de moisissure, d’infestation ou de contamination.

Chaussure d'enfant
Chaussure d'enfant trouvée lors de fouilles à Pointe-à-Callière, 1879 ou après.
© Pointe-à-Callière, photo Luc Bouvrette. 2007.
© 2016 Pointe-à-Callière, cité d'archéologie et d'histoire de Montréal. Tous droits réservés.
Logo de ARCHÉOLAB