Emballage d'artefacts
INTERROGEZ > UN LEGS COLLECTIF

Un legs collectif

Un objet ancien en a long à raconter sur les humains qui ont été associés à sa vie utile. Qui l'a fabriqué? Avec quels matériaux, selon quelles techniques ? À quoi, à qui a-t-il servi?

Les archéologues cherchent à répondre à ces questions et à bien d'autres en repérant, en analysant et en comparant les traces matérielles qu'ils mettent au jour sur des sites autrefois occupés. Ils éclairent ainsi de façon unique des pans de notre préhistoire – cette période ayant précédé l'écriture – et ils complètent, confirment ou remettent en question ce que l'on croyait savoir du passé grâce aux sources historiques.

Depuis les années 1960, des milliers de sites ont été ainsi repérés et fouillés au Québec, avec pour résultat la mise au jour de multiples vestiges et de centaines de milliers d'artéfacts et d'écofacts.

L'archéologie du Québec, en quelques chiffres

  • 12 000 ans d'occupation humaine
  • 3 groupes culturels : Amérindiens, Inuits, Euroquébécois
  • Plus de 10 000 sites archéologiques inventoriés à ce jour : parois ornées (art rupestre), campements, villages, forts, postes de traite, cimetières, églises, ateliers, commerces, industries, habitations, épaves…
  • 6 382 collections archéologiques (2016)
  • Plusieurs collections de référence, selon des sites, des thèmes, des organismes privés et publics…
  • 1 collection de référence virtuelle pour l'ensemble du Québec : ARCHÉOLAB.QUÉBEC

L'archéologie québécoise est ainsi devenue un acteur incontournable dans la compréhension de l'héritage matériel et immatériel légué par nos prédécesseurs. Aujourd'hui, avec ARCHÉOLAB.QUÉBEC, elle amorce une nouvelle étape : mettre à la disposition des archéologues et du public une collection virtuelle de référence réunissant les artéfacts les plus représentatifs de l'occupation du territoire québécois.

Voué à l'avancement de notre archéologie et à son rayonnement national et international, le site ARCHÉOLAB.QUÉBEC a été mis sur pied par Pointe-à-Callière, cité d'archéologie et d'histoire de Montréal, et réalisé grâce au soutien du Plan culturel numérique du ministère de la Culture et des Communications ainsi que de la communauté des archéologues. Œuvre collective, cet outil de recherche lancé en septembre 2016 continuera à évoluer et à s'enrichir de nouvelles données au fil du temps.

Le club de géologie de Pointe-Claire, 1890

Le club de géologie de Pointe-Claire, 1890. Au centre, à l'avant, Sir John William Dawson, dont le nom reste associé au site d'un village iroquoien découvert à Montréal en 1859.
© Musée McCord

Cartographie du Québec

Partout ou presque où ils ont planté leur truelle, les archéologues ont découvert des traces d’occupation.
© Pointe-à-Callière, cartographie Andrée Héroux, d'après Jean-Yves Pintal, 2015.